agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

La digue de Saint Martin (16/08/07)

La digue qui protège les fragiles dunes de sable des assauts de la mer a été construite par les riverains en 1970.

C’est un bel exemple de coopération citoyenne.

digue de Saint Martin 3
L’Assemblée générale annuelle de l’Association Syndicale Autorisée de Défense contre la mer dans les communes de Bréhal et de Coudeville-sur-Mer s’est tenue ce jeudi 16 août 2007, en présence de 150 personnes et des maires de ces deux communes, dans la belle salle des fêtes du bourg de Coudeville-sur-Mer.

Cette association gère la construction et l’entretien de la digue d’une longueur de 2,1 kilomètres qui, depuis 1970, protège les maisons situées au bord du littoral.

Jusqu’à la construction de cet ouvrage en blocs de granit, plusieurs rangées de maisons sont tombées dans la mer à l’occasion de tempêtes d’hiver notamment en 1940 et en 1967. A cette date, les riverains, au premier rang desquels le Docteur Jean Sesboué, décidèrent de prendre en charge leur destin et de créer une association indépendante des collectivités locales pour construire cette digue, qui, pour l’instant a fait preuve de son efficacité (1).

En 2003, les communes ont pris en charge la pose d’un enrobé bitumineux qui a fait de cette digue une très belle promenade, accessible aux piétons, cyclistes (à basse vitesse) et autres rollers.

L’Association est dirigée par une équipe compétente (et dévouée puisque quasiment bénévole). Sa gestion financière saine lui permet lui disposer d’une petite réserve pour faire face à d’éventuels travaux urgents.

A l’ordre du jour cette année, le Directeur du Syndicat, M. François Lepetit a présenté une modification des statuts permettant de tenir le même jour une seconde A.G. en cas d’absence de quorum lors de la première (jusqu’alors, un délai de deux semaines était nécessaire).

La question de l’éclairage de la digue ne relève pas de l’Association mais des collectivités. Sur ce point, les avis sont partagés, tant le fait de préserver une “vraie nuit” permet de découvrir un ciel étoilé exceptionnel.

Cette association est en tous cas exemplaire quant à la capacité pour des citoyens de défendre l’intérêt général sans recourir au financement de la collectivité.