agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Le blockhaus de la plage de Saint-Martin-de-Bréhal

Les mouvements de sable provoqués par les forts coups de vent de février 2016 ont mis à jour le blockhaus de la plage. Cet ouvrage militaire a eu une vie agitée, même s’il a bien survécu à toutes les tempêtes...

Le blockhaus de Saint-Martin-de-Bréhal est l’un des milliers d’ouvrages du « mur de l’Atlantique », construit par le Troisième Reich pendant la Seconde Guerre mondiale le long de la côte occidentale de l’Europe et destiné à empêcher une invasion du continent par les Alliés depuis la Grande-Bretagne.

Aucun obus ne devait pourtant être tiré par le canon de ce blockhaus, puisque le débarquement eut lieu bien loin, sur la côte du Calvados.

JPEG - 7.4 ko
La libération de Bréhal le 30 juillet 1944 par l’Armée américaine

La région de Bréhal fut libérée facilement par les Américains, le 30 juillet 1944, à la suite du succès de l’opération Cobra et de la percée vers le sud de Patton.

Les troupes de la 3e armée, avec notamment la 6e division blindée américaine du général Grow, libèrèrent Bréhal et capturèrent plus de 200 prisonniers, essentiellement des vieux prisonniers russes intégrés dans la Wehrmacht. En effet, les Allemands cantonnaient dans les blockhaus des troupes de faible qualité, qui se rendirent immédiatement à l’arrivée de l’Armée américaine.

Cet ouvrage militaire est resté sur la dune jusqu’aux années 60 (voir photos prises par M. Vassal). Avec l’érosion de la dune, il se retrouve sur la plage jusqu’à la tempête de 1967. Lors de la construction de l’enrochement entre 1970 et 1972, il reste sur la plage, recouvert de sable.

Depuis cette période, il réapparaît périodiquement, comme en 2010 (voir photos) et cette année suite aux mouvements de sable provoqués par les coups de vent.

Mais il suffira d’une marée pour le faire disparaître à nouveau...

Lors de la construction du mur de l’Atlantique, on a évoqué la "résistance passive" avec des maçons qui sous-dosaient les quantités de ciment afin de fragiliser les ouvrages. Force est de constater que le blockhaus de Saint-Martin-de-Bréhal est d’une excellente qualité !