Des questions sur l’avenir de l’ASA Bréhal Coudeville

L’Assemblée générale de l’Association Syndicale Autorisée de Bréhal Coudeville, qui regroupe les 1.200 propriétaires de l’enrochement de 2,1 km protégeant notre station des assauts de la mer, s’est réunie le 10 août 2018.


Comme chaque année, cette réunion a donné lieu à des échanges intéressants entre le public et les élus sur l’avenir de l’association et plus généralement sur l’évolution du trait de littoral. L’association entre en effet dans une zone d’incertitude pour deux raisons.

D’abord, parce que, depuis le 1er janvier 2018, la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations (dite "Gemapi") est devenue une compétence obligatoire des EPCI, en l’espèce la communauté de communes Granville Terre et Mer. Pour faire face à ces nouvelles obligations, les intercommunalités bénéficient de fonds nationaux et européens ainsi que de la possibilité de créer une nouvelle taxe locale (la "taxe Gemapi"). La question est donc de savoir si l’association a vocation à poursuivre son activité ou si elle sera transférée à Granville Terre et Mer, qui gère les 42 kilomètres de littoral du territoire. Jean-Marie SEVIN, Président de Granville Terre et Mer (GTM), a d’entrée de jeu indiqué que pour l’instant GTM souhaite que les 4 ASA qui le souhaitent poursuivent leur activité. GTM doit d’abord entreprendre des études afin d’avoir une vision globale des besoins et des financements nécessaires. Ensuite seulement, la question de savoir qui porte ces investissements se posera. En réalité, comme l’a souligné Daniel LECUREUIL, maire de Bréhal, ce sont les zones non protégées par des enrochements qui posent problème, comme celle le long du golf et du camping de la Vanlée, durement attaquée par la tempête Eleanor le 3 janvier dernier.

Le second point d’incertitude concerne l’évolution du climat, avec une probable augmentation des épisodes tempétueux, à l’aube d’une année 2019 avec des gros coefficients de marée. Si globalement, l’enrochement a bien tenu cet hiver, la zone près de l’école de voile constitue un point de fragilité qu’il faudra consolider en 2019. Mais chacun reconnaît que les mouvements de sables comme les attaques de la mer demeurent imprévisibles. De ce point de vue, le niveau d’ensablement de la plage Saint-Martin de Bréhal, mesuré depuis 20 ans, demeure stable, contrairement à beaucoup de stations voisines qui ont perdu leur sable.

L’assemblée s’est terminée avec la présentation du nouveau site internet avec un espace privé pour les propriétaires : asa-brehal-coudeville.fr.

JPEG - 65.3 ko
Une assistance nombreuse a participé à l’Assemblée générale en présence des élus
De gauche à droite : Michel PICOT, Vice-président de GTM en charge de la GEMAPI, Jean-Marie SEVIN, Président de GTM, Jean-Marie ILLAND et François LEPETIT, Secrétaire et Président de l’ASA, Daniel LECUREUIL, maire de Bréhal et Daniel BAZIRE, maire de Coudeville.